De Phokara...a Nagarkot!

5 Mai 2013

Après avoir connu l’enfer pendant plus de 48h, entassées ds des bus locaux sous une chaleur de plombs : faim, soif, poussière, bruit, inconfort, sous les regards intrusifs et sans gènes d’indiens ingrats ; Après avoir franchi la frontière a 3h du matin : nous voici au Népal !

Nous arrivons a Pokhara après 8h de bus. Pokhara, bien que très touristique (=marne la vallée !) est un endroit exceptionnel. A l’aube, le spectacle du MACHHAPUCHHARE et des ANAPURNAS est magique depuis les rives du PHEWA TAL (lac de la ville).


La ville en tant que telle est le paradis des consommateurs : Restau cuisine internationale aux cadres féérique, spectacles traditionnel, artisanat somptueux, équipement de globes trotteur et trekkeurs, bar huppé et branché, vrai cafés…. Évidement hors budget pour nous !

Après avoir failli succomber a la tentation d’un énorme steak : environ 5E + 10°/° de charge + taxe de service +..., +... , +... etc etc… nous nous sommes ressaisies et avons fini par trouver un « BOUI BOUI » local ou nous avons mangé pour quelques roupies (2Euros a peine). Pour ne pas être tenté, nous nous évadons et trouvons et trouvons une petite guest à l’écart.

Nous sommes aux pieds des Anapurnas, dans une petite bourgade paisible. Air pur, température agréables, calme, verdure, lacs…Enfin le calme après la tempête indienne !!!!!!

Dès notre réveil, vue splendide sur les montagnes enneigées. Émerveillées, nous restons sans voix et nous nous contentons d’observer l’immensité de ce spectacle incroyable. Julie à les yeux qui brille… et peut être bien la larme a l’œil… mais, chut !

  Élaboration d’un plan d’attaque !

Julie prends un temps pour sa lettre de motivation, suite à une annonce pôle emploi, inspirée par la sérénité du cadre. Pendant ce temps, je dépose le linge a laver (après 48h de bus, y avais urgence !), cherche une moto a louer pour demain, me renseigne sur une location de barque !

Une heure après, nous embarquons sur la royale « GéGé 54 » notre barque supersonique qui en prend (presque) pas l’eau ! Mollo les biscottos… Julie se prélasse au soleil pendant que je manie la pagaie. Après quelques heures de détente, et fous rire, de contemplation et de coup de soleil, nous rentrons au bercail !

Julie en mode studieuse peaufine son CV et sa lettre. Pendant ce temps, je file à l’anglaise déambuler et prendre quelques clichés. Guidée a l’aveugle par les lumières du couchant, j’assiste notamment au balais du soleil, qui de son dernier rayon irradie le lac d’une lumière rose violacée avant de disparaitre derrière les montagnes. Le cœur léger, je me sens privilégiée...

Le lendemain, 6h du mat’ Sarangkot ( voir article)


A Pokhara nous retournons dans notre excellent BOUI BOUI et mangeons des momos (plat national) et CHOW MEIN (nouilles sautées) pour quelques roupies. Un café… et nous repartons à l’aventure.

Direction le camps de réfugiés tibétains. Au fil du rencontre, nous en apprenons d’avantage sur l’oppression et la violence que subissent chaque jour un peu plus le peuple tibétain. Les camps de réfugiés existent ici depuis plus e 40 Ans. Une vieille dame nous raconte son arrivée en 1959, lorsque la situation est devenue insupportable. Comme elle des milliers de tibétains ont fuient leur pays par les montagnes pour trouver refuge ici.

Son fils nous raconte l’origine des conflits, les tensions, les tueries, le bouddhisme.

Comment ne pas être touché par tant de violence et de souffrance ? Comment repartir indemne, comme si de rien été. Nous représentons pour eux, une ouverture, le moyen d’attester de leur souffrance ; de sortir de l’ombre et d’avertir la communauté internationale sur le sort (tout comme en birmanie).

Sur le chemin du retour, Julie prends son premier cours de pilotage. En bon professeur, j’omets de lui signifier comment s’arrêter !
Heureusement pour moi, elle cale ! 2ème tentative… elle file sur la grande ligne droite, sous le regard amusé des tibétains. Allez savoir ce qui les fait rire : les premiers pas de Julie terrorisée, ou moi qui court a côté de la moto juste au cas ou ! bref, un grand moment anthologique ! Julie est une super élève !!!
Encore, une journée éprouvante et bien remplie.

Le lendemain, nous avons pris la route pour Katmandou ainsi qu’une correspondance pour rallier BHAKTAPUR. Mauvaise surprise, une taxe de 15 dollar par personne nous attendait à l’entrée de la ville (soit le budget de plusieurs jours ! ça fait mal !!!) . Il faut avouer que ça valait le coup ! 

l’après-midi, nous partions pour NAGARKOT en espérant y voir les montagnes à l’aube !